Connexion
Voyager en Europe avec son chien : législation et conseils pratiques

 

Tous droits réservés pour tout support. Reproduction interdite.

 

 

 

Points forts :

 

. Pour pouvoir voyager au sein de l'union européenne, un chien, un chat ou un furet, doivent être identifiés par transpondeur (= puce électronique), le tatouage restant admis s'il a été fait avant le 3 juillet 2011.

 

. Ces animaux doivent aussi posséder un passeport délivré par un vétérinaire, sur lequel est mentionné un vaccin rage en cours de validité.

 

. Les chiens, chats et furets se rendant en Irlande, à Malte, au Royaume-Uni ou en Finlande, doivent être âgés de plus de trois mois, et avoir reçu un vermifuge actif contre les échinocoques, administré par un vétérinaire entre 120 et 24 heures avant l'arrivée dans le pays.

 

. Avant le départ, il est prudent de s'adresser à l'ambassade ou au consulat du pays concerné pour voir si la législation n'aurait pas changé dernièrement, et bien sûr, de se renseigner sur la réglementation de la compagnie de transport.

 

. Un tranquillisant n'est pas forcément nécessaire avant un long transport : tout dépend du caractère de votre animal. N'hésitez pas à demander conseil à votre vétérinaire.

 

 

 

 

 

 

Attention, les informations suivantes ne concernent que les animaux de compagnie, (volailles, abeilles et crustacés n'en font pas partie), qui accompagnent leur propriétaire et ne sont pas destinés à être vendus, ni même donnés.

 

Des conditions particulières s'appliquent si vous voyagez avec un total de plus de cinq chiens, chats ou furets : vous relevez alors de la législation sur les mouvements commerciaux au sein de l'UE.

 

Et pour ceux qui tiennent absolument à prendre connaissance en détail des textes originaux, français et européens (en letton ou en maltais dans le texte), vous les trouverez en cliquant respectivement ici et . Pour les autres, l'essentiel est exposé ci-dessous.

 

 

1 - VOYAGER AVEC SON CHIEN/CHAT/FURET AU SEIN DE L'UE : CONDITIONS GÉNÉRALES

 

L'animal doit disposer :

 

- d'une identification par transpondeur (= puce électronique), pour les animaux identifiés à partir du 3 juillet 2011. Ceux qui ont été tatoués avant cette date peuvent continuer à voyager au sein de l'UE… à condition que le tatouage soit clairement lisible ! Au demeurant, si votre animal est identifié par puce électronique, il est également prudent de le montrer à votre vétérinaire avant le départ, afin de s'assurer que le transpondeur soit bien lisible.

 

 

Photo de gauche : dispositif servant à implanter un transpondeur (puce électronique), sous la peau d'un chien, d'un chat ou d'un furet. Photo de droite : lecture de la puce électronique, à gauche de l'encolure (gouttière jugulaire gauche) d'un chien.

 

- d'un passeport délivré par un vétérinaire habilité par l’autorité compétente (en France, un vétérinaire titulaire d’un mandat sanitaire), attestant de l’identification et de la vaccination antirabique de l’animal (photo ci-dessous).

 

 

- d'une vaccination contre la rage, en cours de validité : lors du passage de la frontière, il doit s'être écoulé plus de trois semaines depuis la toute première vaccination, et moins d'un an depuis le dernier rappel. La date du vaccin anti-rabique en cours de validité, doit être postérieure à celle de l'identification. (Dit plus clairement, le chien doit déjà être identifié lorsqu'on le vaccine contre la rage). Seuls les chiens âgés de plus de trois mois peuvent être vaccinés contre la rage. Le vaccin anti-rabique est inscrit dans la section IV du passeport (photo ci-dessous).

 

 

NB : le vaccin rage n'étant possible qu'après l'âge de trois mois, et un délai de trois semaines étant ensuite nécessaire pour que le vaccin prenne officiellement effet, il serait logique de penser qu'un chien, un chat ou un furet ne peut pas voyager à l'intérieur de l'UE avant l'âge de trois mois et trois semaines. Les animaux âgés de moins de trois mois peuvent malgré tout entrer dans les états membres… sous certaines conditions définies par les autorités compétentes de chaque état.

 

 

2 - CAS PARTICULIERS : IRLANDE, MALTE, ROYAUME-UNI ET FINLANDE

 

Les mesures se sont considérablement assouplies depuis quelques années : plus besoin notamment de quarantaine, ou encore de dosage des anticorps anti-rabiques ou de traitement anti-tiques, réalisés dans des fourchettes de dates bien précises. Quelques contraintes persistent malgré tout pour les chiens. (chats et furets ne sont pas concernés !)

 

- âge supérieur à trois mois.

 

- un vermifuge actif contre les échinocoques doit être administré par un vétérinaire, et reporté par ce dernier dans la section VII du passeport européen, entre 120 et 24 heures avant l'arrivée dans le pays.

 

- pour Malte et le Royaume-Uni, l'acheminement de l'animal doit se faire par un moyen de transport autorisé : avion et bateau privés n'en font pas partie !

 

Plus de précisions sur les sites internet des pays concernés : Irlande, MalteRoyaume-UniFinlande, et sur le site du ministère français de l'agriculture / animaux de compagnie. Egalement plus d'infos sur le site gouvernemental du Royaume Uni.

 

Signalons qu'en ce qui concerne les autres animaux de compagnie, (rongeurs et lapins domestiques, oiseaux de volière, reptiles, amphibiens… non destinés à la vente), il est conseillé de se renseigner auprès de l’ambassade du pays concerné pour connaître ses exigences.

 

 

3 - ET DU CÔTÉ DES COMPAGNIES DE TRANSPORT ?

 

Là, nous ne sommes plus dans les législations nationales, mais les compagnies aériennes ont évidemment aussi leur réglementation : par exemple, si vous voulez faire voler Youky avec vous sur Air France, vous ne pourrez le conserver en cabine que s'il pèse moins de six kilos. Au-dessus, il devra aller en soute, dans une caisse de transport homologuée. À signaler que les chiens de première catégorie sont interdits de transport sur Air France, tandis que les chiens de deuxième catégorie ne sont autorisés que sur les vols de fret.

 

Indépendamment des législations nationales, il est donc indispensable de se renseigner auprès de sa compagnie aérienne. Même chose évidemment si vous prenez le train ou le bateau.

 

 

4 - (QUAND MÊME) QUELQUES CONSEILS POUR LE VOYAGE

 

Même si ce n'est pas l'objet de cette page, plutôt destinée aux aspects législatifs et réglementaires du transport, terminons par quelques conseils, concernant notamment l'usage des tranquillisants.

 

Beaucoup de propriétaires d'animaux considèrent ces médicaments comme indispensables avant d'embarquer leur chien en soute. (Et parfois même pour faire Montpellier-Nîmes en voiture). Or, les tranquillisants ne sont pas anodins : pas toujours faciles à doser, avec de fortes variations individuelles d'un animal à l'autre, ils peuvent être responsables de baisses de tension, potentiellement dangereuses pour un chien ou un chat voyageant en soute.

 

La première question à se poser est donc : mon chien a-t-il besoin d'une camisole chimique pour le transport ? s'il est capable de passer six heures à hurler sans s'arrêter dès qu'il est enfermé, oui, sans aucun doute. Dans ce cas, il faudra tester le tranquillisant bien avant le départ, pour connaître la dose nécessaire à votre animal, et le délai entre la prise du médicament et le moment où ce dernier commence à faire effet : certains chiens ou chats vont dormir 24 heures avec une faible dose de tranquillisant, d'autres seront tout juste somnolents pendant une petite demi-heure ; il vaut mieux le savoir avant d'arriver à l'aéroport !

 

Si votre animal est anxieux, mais ne dérange pas pour autant le voisinage, autrement dit s'il tremble et bave dans son coin, sans pour autant hurler ni démolir sa cage, nul besoin de camisole chimique : il faudra juste diminuer son anxiété. Votre vétérinaire pourra vous conseiller différents médicaments ou compléments alimentaires à faire avaler à votre chien ou chat, en commençant si possible deux ou trois jours avant le départ. Ces produits rendront votre compagnon plus zen, sans pour autant le transformer en légume. Des phéromones d'apaisement pourront aussi être utilisées sous forme de collier, ou de spray à pulvériser dans la cage avant d'y faire rentrer l'animal. Une autre mesure intéressante sera d'habituer Médor ou Roucky à la cage de transport, longtemps avant le voyage, en les y faisant rentrer un peu tous les jours dans des conditions de jeu, et/ou avec des récompenses alimentaires.

 

Dernier cas de figure : Pompon est d'une zénitude absolue, où que vous le posiez, il se sent à l'aise, se couche et s'endort sans se poser de question… dans ce cas, inutile de le droguer ! Testez-le tout de même en lui faisant effectuer quelques trajets dans sa cage de transport bien avant le départ, pour être sûr de ses réactions.

 

 

 

Voilà voilà, en suivant ces recommandations, vous devriez être parés contre tous les désagréments du voyage… ou presque.

 

 

 

© Copyright Texte, logo et photos : SCP Vétérinaires Beaufils, Jumelle, Jannot, Lorant.

Tous droits réservés pour tous supports, reproduction interdite.