Connexion
Cryptorchidie / monorchidie chez le chat

 

Tous droits réservés pour tout support. Reproduction interdite.

 

 

Extériorisation de l'un des deux testicules, restés dans l'abdomen d'un jeune chat cryptorchide. Le testicule a été préalablement repéré par échographie, et va être retiré.

 

Points forts :

 

. Un chat cryptorchide n'a pas de testicules en place dans les bourses. Un chat monorchide n'en a qu'un. Cryptorchidie et monorchidie sont très rares chez le chat (environ 1,5 % des chats présentés pour castration).

 

. Le testicule cryptorchide peut se cacher à l'intérieur du ventre, ou sous la peau en région inguinale.

 

. Les testicules sont normalement en place dans les bourses à l'âge de cinq jours, mais peuvent descendre plus tardivement. Si les testicules ne sont pas en place à six mois, au moment de la castration, il est conseillé d'attendre jusqu'à huit mois avant de se lancer dans une intervention plus compliquée.

 

. Un testicule ectopique a un risque élevé de se tumoriser : il est donc fortement conseillé de le retirer tant que le chat est encore jeune. Par ailleurs, un testicule non descendu secrète tout de même de la testostérone, et s'il n'est pas retiré, le chat fuguera, se battra et urinera partout, comme le vrai matou qu'il sera resté.


. Le retrait d'un testicule ectopique est une intervention bien supportée par le chat, et qui ne présente pas de difficulté majeure, une fois le testicule localisé. Dans les cliniques vétérinaires de Villevieille et de Calvisson, les testicules ectopiques sont systématiquement recherchés par échographie avant l'intervention - s'ils ne sont pas directement visibles sous la peau, bien sûr

 

. Cryptorchidie et monorchidie ont un caractère familial : les chats concernés, s'ils étaient destinés à la reproduction, mais aussi leurs parents et leurs frères et sœurs, doivent donc être retirés de la reproduction et stérilisés. Pour un chat de race, vendu avec certificat de naissance et destiné à la reproduction, il s'agit d'un motif d'annulation de vente.

 

 

 

 

 

 

 

DÉFINITION, ANATOMIE ET CAUSES :

 

Un chat cryptorchide est un chat "qui n'a pas de testicules", ou plus précisément, dont les testicules ne sont pas en place dans les bourses, ou scrotum (du grec "crypto" qui signifie caché, et "orchid", qui signifie testicule - même étymologie que l'orchidée, à cause de la forme évocatrice des racines de cette jolie fleur !)

Un chat monorchide (mono + orchid) n'a qu'un seul testicule en place.

 

Quelques précisions quant aux définitions, et toutes sortes d'informations anatomiques et concernant les causes de cette malformation, sont lisibles dans la fiche de notre site consacrée à la cryptorchidie du chien.

À quelques détails près, toutes ces informations sont transposables au chat.

 

 

COMMENT ON S'EN REND COMPTE ?

 

On s'en rend compte en regardant, et surtout en palpant les bourses, pour voir si les testicules sont bien dedans (photos ci-dessous). Le diagnostic ne pose pas de problème sur un gros matou adulte et débonnaire, il est plus compliqué chez un petit chat à poils longs, qui commence à cracher dès qu'on fait mine de lui soulever la queue. C'est également compliqué chez un chaton de quelques jours, voire de quelques semaines : on estime à 10 % environ le pourcentage d'erreurs de sexage chez les très jeunes chatons. Si le sexe est déjà difficile à déterminer, la position des testicules dans leurs bourses le sera a fortiori encore plus !

 

Une question délicate est de savoir à partir de quand un chat est considéré comme cryptorchide. D'un point de vue purement scientifique, les études chez l'Homme et la souris ont montré qu'une descente tardive des testicules est une forme de cryptorchidie, plutôt qu'une variation de la normale : sachant que les testicules devraient être complètement descendus à l'âge de cinq jours, un chat dont les testicules se mettent en place plus tard devrait être considéré comme atteint d'une forme bénigne de cryptorchidie, et donc exclu de la reproduction.

D'un point de vue pratique, il en va tout autrement : contrairement à ce qui se passe chez le chien, les chats de race destinés à la reproduction sont très minoritaires dans la population générale. L'immense majorité des chats que nous voyons en consultation sont des chats européens, également appelés chats de gouttière - même si la plupart d'entre eux passent moins de temps à courir les toîts qu'à se vautrer sur le canapé du salon. Savoir s'ils sont ou non cryptorchides, scientifiquement parlant, présente peu d'intérêt, puisqu'on ne s'intéresse à leurs testicules que pour les couper ! La question est donc : à partir de quand peut-on dire que les testicules ne descendront plus, donc à partir de quand faudra-t-il envisager une chirurgie un peu plus compliquée (voir plus loin), plutôt qu'une castration classique ? la réponse est : huit mois. Si l'on voit en consultation pré-opératoire un chat de six mois venant pour castration, et que ses testicules ne sont pas à leur place, il est recommandé d'attendre six semaines de plus, et il y a fort à parier que les testicules seront alors à leur place dans les bourses sans aucun traitement, et que l'on pourra alors castrer le matou "comme d'habitude". En revanche, si les testicules ne sont toujours pas descendus à l'âge de huit mois (photos ci-dessous)… alors il faudra envisager une intervention un peu plus compliquée pour aller les chercher là où ils se trouvent : dans l'abdomen, ou sous la peau, en région inguinale.

 

Selon les études, 1,3 à 1,7% des chats présentés pour castration sont affectés, les monorchides étant plus nombreux que les cryptorchides. Les persans seraient une race prédisposée.

 

 

Photo de gauche : aspect des bourses (vides) chez un Exotic Shorthair cryptorchide de neuf mois, déjà anesthésié, avant l'intervention visant à aller retirer ses testicules non descendus : la castration avait été différée jusqu'à l'âge de neuf mois pour voir si les testicules ne descendraient pas tout seuls entre temps… ce qui ne s'est pas produit. Photo de droite : par comparaison, aspect des bourses chez un chat européen de deux ans, non cryptorchide, lui aussi photographié déjà anesthésie, pendant la préparation chirurgicale précédant la castration. 

 

Et s'il n'y avait pas de testicules dans les bourses… parce que le chat a été castré ? 

Le cas ne se présente pas souvent, mais la question peut se poser lorsque l'on recueille un chat adulte sans testicules. Dans le doute, un examen échographique de l'abdomen et de la région inguinale (voir plus loin), et éventuellement des dosages hormonaux réalisés sur une prise de sang, permettent de répondre à la question. Mais en pratique, la cryptorchidie étant très rare chez le chat, (surtout dans le cas d'un chat européen visiblement âgé de plus d'un an, et a fortiori s'il n'urine pas partout dans la maison comme un vrai matou non castré), on ne court pas grand risque à parier qu'il s'agit d'un chat ayant appartenu à quelqu'un, déjà castré par ses anciens maîtres, et qui s'est perdu, a été abandonné, ou encore a décidé de changer de maison - cette dernière possibilité étant loin d'être exceptionnelle. À défaut de partir à la recherche d'éventuels testicules cachés, il sera en revanche judicieux de se mettre en quête de personnes qui pourraient avoir perdu leur chat : en recherchant chez l'animal une identification par tatouage (habituellement dans l'oreille droite) ou par puce électronique (à faire rechercher chez votre vétérinaire), ou tout simplement en faisant du porte à porte dans le quartier.

 

 

EST-CE QUE C'EST GÊNANT ?

 

Oui, pour plusieurs raisons :

 

Des raisons réglementaires, et comportementales :

 

Comme on l'a vu plus haut, la cryptorchidie du chat est souvent découverte le jour de la castration, éventuellement à l'occasion du vaccin, mais chez un chaton de toute façon destiné à être castré. Les questions de pédigrée, d'exposition et de reproduction, interdits à un animal mono ou cryptorchide, ne se posent donc pas. En revanche, dans le cas assez rare d'un chat acheté en vue d'obtenir son pédigrée et destiné à la reproduction, monorchidie ou cryptorchidie font perdre toute valeur au matou. Les conditions de la vente devront alors être reconsidérées.  

 

De toute façon, si l'on voulait faire reproduire un chat cryptorchide, on ne pourrait pas, un tel chat étant… stérile. (Toutes les explications sont données dans la fiche sur la cryptorchidie du chien). Un chat monorchide n'est pas stérile, mais sa fertilité est diminuée. Comme pour le chien, faire reproduire un tel animal est déconseillé, car l'anomalie est transmise aux générations suivantes.

 

Last but not least, les testicules non descendus, s'ils ne fabriquent pas de spermatozoïdes fonctionnels, produisent tout de même de la testostérone. Même si ses attributs ne sont pas visibles, le chat cryptorchide aura donc le même comportement qu'un matou non castré : fugues, bagarres, et marquage urinaire partout dans la maison. Si l'on ne veut pas qu'un chat monorchide ou cryptorchide se comporte en vrai matou, ses testicules devront donc lui être retirés, où qu'ils se trouvent, et comme pour tout le monde !

 

Des raisons médicales :

 

Comme chez le chien, un testicule non descendu a une probabilité beaucoup plus forte de se tumoriser, qu'un testicule en place. Les conséquences d'une tumeur testiculaire sont souvent graves : métastases, ou destruction de la moelle osseuse par les œstrogènes produits par le testicule tumorisé.

 

Le risque de torsion testiculaire est également supérieur pour un testicule non descendu que pour un testicule en place.

 

 

ALORS, QU'EST-CE QU'ON FAIT ?

 

D'abord, on vérifie l'âge du matou : s'il a cinq ou six mois, on le renvoie à la maison, et on le revoit deux ou trois mois plus tard. Si le ou les testicules ne sont toujours pas descendus à ce moment-là, eh bien il faudra aller les chercher !

Et pour cela, la première chose à faire est de le(s) localiser.

 

1 - Localiser le(s) testicule(s) :

 

Premier cas de figure : on les sent sous la peau. Alors, il n'y a pas de problème. On incise, et on retire. C'est un peu plus compliqué qu'une castration "classique", mais pas trop. Attention, le testicule ectopique est souvent tout petit, et un tout petit testicule de chat… ce n'est pas gros ! Il nous est arrivé d'être confrontés à un tout petit testicule ectopique, juste blotti sous le testicule en place… eh bien il n'était pas facile à palper !

 

Deuxième cas de figure : on ne sent rien, et là, il faut faire appel à l'imagerie si l'on ne veut pas ouvrir un peu partout, au petit bonheur la chance. Dans nos cliniques vétérinaires de Villevieille et de Calvisson, une échographie est systématiquement réalisée avant l'intervention - sauf évidemment lorsque le testicule est bien visible sous la peau, sans aucun doute possible. L'échographie permet de localiser les testicules, qu'ils soient cachés sous la graisse en région inguinale, ou bien dans l'abdomen. La recherche doit être méticuleuse, puisque l'objet du délit mesure moins d'un centimètre de long, mais les échographes actuels permettent normalement de le localiser sans trop de problèmes. Une fois repéré le testicule qui manquait à l'appel, il n'y a plus qu'à aller le chercher.

 

Aspect échographique des deux testicules ectopiques du chat Exotic Shorthair déjà représenté plus haut : les deux testicules se trouvent dans l'abdomen, quelques centimètres en arrière des reins. Ils sont relativement gros, pour des testicules ectopiques (respectivement 1 et 1,3 cm de long). Maintenant qu'ils sont localisés, une petite ouverture et un temps chirurgical court suffiront à aller les chercher.

 

2 - Le(s) retirer :

 

Aucun traitement n'ayant fait la preuve de son efficacité, (puisque quand on se contente d'attendre, un certain nombre de testicules finissent par descendre, avec sous sans traitement), la chirurgie est la seule méthode efficace.

 

Si le testicule est inguinal, on va le chercher par une simple incision de la peau. Si l'un des testicules est en place et que le deuxième est très proche des bourses, on peut même retirer les deux par la même ouverture, comme dans une castration classique.

 

 

Photo de gauche : monorchidie inguinale chez un chat européen de deux ans. À cet âge, inutile d'attendre davantage, on sait que le testicule caché ne descendra plus ! Le testicule gauche est bien visible, tandis que la bourse droite est vide. Le testicule droit est bien palpable sous la peau quelques centimètres en avant, ce qui rend l'échographie inutile. Photo de droite : le testicule gauche a déjà été retiré. Le testicule droit a été extériorisé à travers une petite incision cutanée, et va maintenant être retiré.

 

Si le ou les testicules ectopiques sont restés à l'intérieur du ventre, alors il faut ouvrir l'abdomen pour aller les chercher. L'opération est à peine plus compliquée que pour la stérilisation d'une chatte, une fois que l'échographie nous a dit où aller chercher les deux planqués ! l'ouverture ne mesure pas plus de deux ou trois centimètres, le chat ne présente pas de signe de douleur grâce à la morphine et aux anti-inflammatoires, et sauf exception, une collerette n'est pas plus nécessaire que pour une stérilisation de chatte.

 

 

Photo de gauche : après incision de la peau et ouverture de l'abdomen sur deux ou trois centimètres, le testicule droit, préalablement repéré par échographie, est extériorisé. Sur la photo de droite, on le voit juste avant la ligature de ses vaisseaux, et son excision.

 

LA PRÉVENTION

 

Le seul moyen de diminuer la transmission de l'anomalie, est de retirer de la reproduction les animaux monorchides ou cryptorchides. Cela fonctionne chez les chats de race, avec pédigrée, mais comme nous l'avons vu plus haut, la reproduction féline se produit le plus souvent hors de tout contrôle, au clair de lune et derrière un buisson, circonstances qui se prêtent peu à une démarche de prévention. Dans le domaine de la cryptorchidie féline, et contrairement à ce qui se passe chez le chien, nous en serons donc réduits à guérir plutôt que prévenir !

 

 

 

Références :

 

VN MEYERS-WALLEN : Inherited disorders of the reproductive tract in dogs and cats. In Kirk's Current Veterinary Therapy - Small Animal Practice XV, 2014, pp 993-999

S BRACHA : Reproductive oncology. In Kirk's Current Veterinary Therapy - Small Animal Practice XV, 2014, pp 1022-1026

Ph MIMOUNI, X LEVY : Questions-réponses sur la cryptorchidie chez le chien et le chat. Le Nouveau Praticien, 2010 45,9 : 7-8

BW CHRISTENSEN : Disorders of sexual development in dogs and cats. Vet Clin of North Am, Small Anim Pract 2012, 42 : 515-526

Ch DIAZ : Législation de la vente d'un animal domestique : un même jugement résume l'essentiel des actions en garantie lors d'une vente de chien. Le Point Vétérinaire 2013, 44, 334 : 5

 Copyright texte, logo et photos : SCP vétérinaires Beaufils, Jumelle, Jannot, Lorant

Tous droits réservés pour tout support. Reproduction interdite.