Connexion
L'atopie chez le chien : désensibilisation

 

Tous droits réservés pour tout support, reproduction interdite.


 

Cette page vient en complément d'un article de ce site, consacré à l'atopie chez le chien (ou dermatite atopique canine). Etant donné l'importance de la désensibilisation, nous avons décidé de lui consacrer une page spéciale.

 

 

DÉSENSIBILISATION… QU'EST-CE QUE C'EST ?

 

Selon la définition du Larousse, "la désensibilisation est une méthode thérapeutique  destinée à diminuer la sensibilité allergique d'un sujet à un antigène. Elle consiste, après identification de l'allergène (facteur déclenchant l'allergie), à injecter des doses initialement infinitésimales, puis très progressivement croissantes, de l'antigène responsable du phénomène allergique ; ce procédé aide le sujet à développer une tolérance vis-à-vis de l'allergène en cause".

 

La désensibilisation est une méthode efficace, économique, et sans danger… ce qui n'est déjà pas si mal ! Son principal handicap est l’image vieillotte qui lui colle à la peau (si l’on peut dire), puisqu’il s’agit d’une méthode vieille de plus d’un siècle. Mais ses modes d’action (activation T régulatrice, diminution de la synthèse des IgE…), sont aujourd’hui de mieux en mieux connus, et la désensibilisation reste toujours le traitement de référence de l’atopie. Quoi qu'il en soit, il s’agit du seul traitement qui s’attaque réellement à la cause de la maladie !

 

 

À QUI çA S'ADRESSE ?

 

À qui peut-on proposer la désensibilisation ? a priori, à tous les chiens atopiques chez qui on va pouvoir identifier les allergènes responsables (voir ci-dessous), soit 80 % des chiens atopiques. Une controverse persiste concernant l’âge des candidats, certains spécialistes affirmant que l’on peut attaquer une désensibilisation chez des chiens de tout âge, d’autres pensant que la désensibilisation fonctionne mieux lorsqu’elle est commencée chez un jeune chien. (Dans un cas comme dans l’autre… on n’a pas grand chose à perdre à commencer la désensibilisation sur un vieil atopique, chez qui les autres traitements n’ont pas donné satisfaction !)

 

 

DÉSENSIBILISER… OUI, MAIS À QUOI ?

 

Avant de commencer à désensibiliser, il faut savoir… à quoi l’on désensibilise : cette étape a été exposée dans le paragraphe consacré au diagnostic de l’atopie… dans l'article de ce site consacré à l'atopie. Le plus souvent, les coupables sont les acariens des poussières de maison (Dermatophagoides farinae (Df) et Dermatophagoides ptéronyssinus (Dp)), et des pollens. Ces résultats sont confrontés aux symptômes et au mode de vie du chien, et l’on décide à partir de là à quels allergènes on va s’attaquer. Il semble que moins on inclut d’allergènes dans la désensibilisation, meilleurs soient les résultats : on visera donc une désensibilisation dirigée contre un maximum de quatre allergènes, (si possible moins, idéalement un), en évitant les cocktails de plusieurs dizaines d’extraits allergèniques parfois prescrits, notamment aux USA.

 

 

ET EN PRATIQUE, COMMENT çA SE PASSE ?

 

Voilà, ces premières étapes sont franchies, et nous tenons nos coupables : disons, par exemple, Df et un pollen de graminée. Le kit de désensibilisation est commandé. Le recevoir va demander quelques semaines, car ces kits ont une péremption courte, et sont donc fabriqués au fur et à mesure des commandes. Nous recevons finalement notre kit, qui se compose de seringues-aiguilles, et d’un flacon contenant un liquide, à conserver au réfrigérateur. La désensibilisation va consister à injecter une certaine quantité de ce liquide sous la peau de votre chien. Classiquement, on commence par de toutes petites quantités, puis des quantités croissantes, jusqu’à atteindre une dose d’entretien (habituellement 1 ml par injection). Mais comme ces doses croissantes ont pour but de prévenir une réaction d'anaphylaxie (allergie aiguë responsable d'un état de choc) que l'on ne rencontre jamais lors de désensibilisation chez le chien, il n’y a pas d’inconvénient à injecter d’emblée la dose d’entretien, une fois par mois, ce qui a l’avantage d’être plus simple et d’éviter les confusions.

Les injections sont généralement faites par le/la propriétaire lui/elle-même : quand on n'a pas l'habitude, on hésite un peu la première fois, mais très vite, ça se fait tout seul. Et c'est tout de même plus simple que de devoir aller une fois par mois chez votre vétérinaire, avec votre chien et votre flacon.

 

Des protocoles « standard » sont recommandés par le fabriquant (par exemple une injection de 1 ml de produit, une fois par mois, comme on vient de le voir), mais la désensibilisation doit être adaptée à chaque animal, en fonction de la réponse de celui-ci : les observations du propriétaire, notées au jour le jour (au moins pendant les premiers mois), sont précieuses, et devront être discutées avec le vétérinaire afin d’adapter le traitement. Par exemple, un chien globalement amélioré, mais qui présente une réaction (démangeaisons, rougeur…) après chaque injection, et recommence à se gratter au bout de trois semaines, devra peut-être recevoir de plus petits doses, plus fréquemment. Des contrôles réguliers seront donc conseillés, par exemple après un mois de désensibilisation, puis chaque trois mois la première année, afin de faire le point sur le traitement.

 

Petite parenthèse pour les réfractaires aux piqûres, qui seraient tentés par la désensibilisation sublinguale pratiquée chez l'humain (en solution, ou en comprimés). À l'heure actuelle, cette technique n'a pas fait la preuve de son efficacité chez le chien… et vous vous rendrez vite compte qu'autant il est facile de faire une piqûre à un chien (une fois passé le premier moment d'appréhension), autant il est compliqué de lui demander de laisser fondre, chaque jour, un comprimé sous sa langue !

 

 

ET TOUT çA POUR QUELS RÉSULTATS ?

 

Les premiers résultats sont attendus après six à douze mois de désensibilisation, et parfois après plus d’un an. On ne considérera donc pas la désensibilisation comme un traitement d’urgence ! Que fait-on pendant tout ce temps pour notre chien qui se gratte, me demanderez-vous ? Eh bien on essaye de tenir avec les autres moyens décrits dans l'article consacré à l'atopie, notamment ciclosporine et traitements locaux – qui marchent souvent bien, au demeurant. En cas d’absence de réponse chez un chien, il ne faudra donc pas se décourager trop vite, et continuer la désensibilisation pendant au moins douze mois, voire dix-huit, avant de décider que cette méthode ne marche pas, et de l’arrêter. En revanche, si ça marche, il faudra absolument continuer à désensibiliser pendant toute la vie de l’animal.

 

À quels résultats peut-on s’attendre, et dans quelles proportions ? Le but recherché est une diminution des symptômes (prurit et inconfort pour le chien, importance des lésions), et une baisse de la consommation des autres médicaments, notamment des corticoïdes. Les résultats varient, selon les études, entre 50 et 80 % de chiens améliorés après six à douze mois de désensibilisation.

 

 

Y A-T-IL DES CONTRE-INDICATIONS ?

 

 Non ! Il est important d’insister sur le fait qu’il n’existe aucune contre-indication à la désensibilisation… sauf qu’il faut éviter de vacciner un chien dans la semaine qui précède ou qui suit son injection.

Il n’y a pas non plus d'effet secondaire, excepté de rares réactions locales, sans gravité.

 

 

POUR CONCLURE : UNE ETUDE RÉTROSPECTIVE

 

En conclusion, on peut citer une étude publiée en 2013, qui récapitulait les résultats de la désensibilisation (évalués par les propriétaires eux-mêmes), chez plus de deux cents chiens atopiques en région bordelaise.

 

Les allergènes auxquels les chiens étaient désensibilisés ont été choisis d’après intra-dermo réactions (et non par sérologies).

 

Les résultats ont été jugés excellents par les propriétaires dans 23,4 % des cas, satisfaisants dans 39,5 % des cas, (soit 62,9 % de réponses favorables), assez mauvais dans 27,8 % des cas, et mauvais dans 9,3 % des cas (soit 37,1 % de mauvaises réponses).

 

Les résultats étaient meilleurs si :

- les injections étaient faites par les propriétaires eux-mêmes (meilleure implication ?)

- la désensibilisation se faisait pour un seul allergène

- la désensibilisation ne contenait pas d’extraits de moisissure (on sait aujourd’hui que ceux-ci détruisent les autres extraits dans les kits de désensibilisation)

- aucun autre traitement n’était associé à la désensibilisation, en particulier pas de corticoïdes

- la durée de désensibilisation était supérieure ou égale à trois ans (on peut penser aussi que les propriétaires ne continuent une désensibilisation plus de trois ans que si celle-ci fonctionne bien ! ce résultat laisse malgré tout penser que l’efficacité de la désensibilisation continue àaugmenter au fil  des années).

 

 

Référence :

D.N. CARLOTTI et coll : Enquête rétrospective sur les résultats de l’immunothérapie spécifique d’allergènes chez 205 chiens atopiques en Aquitaine (1989-2001). PMCAC 2013, 48 : 41-47

(Le reste des références est à consulter dans l'article de ce site consacré à l'atopie).

 

 


© Copyright texte, photos et logo : SCP Vétérinaires Beaufils, Jumelle, Jannot, Lorant. Tous droits réservés pour tout support, reproduction interdite.