Connexion
Comment faire avaler un comprimé à mon chien ?

 

 

 

 

Points forts :


. Il est généralement beaucoup plus simple de faire avaler un comprimé à un chien qu'à un chat, surtout s'il s'agit d'un traitement court, avec une seule prise quotidienne. Malgré tout, certains chiens peuvent se montrer récalcitrants, surtout parmi les petites races, et pour peu qu'il y ait plusieurs comprimés à administrer tous les jours pendant toute la vie du toutou, la situation peut virer rapidement au cauchemar, et le traitement ne pas être respecté.


. La meilleure solution est la méthode douce : en général, pas de problème s'il s'agit de comprimés appétents, ou en cachant le comprimé dans un bout de fromage ou dans une pâte appétente prévue à cet effet. Si ça ne marche pas… c'est là que les ennuis commencent ! 


. S'il n'y a pas moyen de faire autrement, on utilise la contrainte - avec autant de modération que possible ! le lance-pilule est la solution la plus simple. Sinon, il ne reste plus qu'à aller mettre le comprimé avec ses doigts, au fond de la gorge de l'animal !

 

 

 

 

 

 

Faire avaler un comprimé à un chien est relativement facile… dans la plupart des cas ! Un gros berger allemand perpétuellement affamé va vous gober vos comprimés avant même que vous les ayez posés dans sa gamelle. Avec un mini Chi hua hua qui ne consent à goûter du bout des lèvres son blanc de poulet qu'un jour sur deux, ça risque d'être plus compliqué.

 

Quand il s'agit de faire prendre un vermifuge deux fois par an, pas de problème ; même avec le Chi hua hua, on finit par y arriver. Mais si l'on doit faire avaler trois, quatre ou cinq comprimés matin et soir pendant toute la vie du chien, (cas relativement banal pour un insuffisant cardiaque, par exemple), là, les choses deviennent beaucoup plus compliquées, surtout avec un vieux chien qui n'a pas faim à cause de sa maladie. Sans compter que Youki va peut-être se faire avoir une fois mais pas deux, que le matin, on a souvent autre chose à faire que d'ouvrir de force la gueule d'un chien qui s'aplatit dans un coin en tournant la tête de l'autre côté - voire grogne et/ou montre les dents, et que si l'opération se termine avec des mains toute bleues avec quatre trous de crocs au milieu, les comprimés ne seront pas donnés bien longtemps.

 

Le résultat, c'est que les traitements ne sont pas pris, ou pris les deux premiers jours seulement, après quoi tout le monde baisse les bras, et on se demande lors des contrôles pourquoi la pneumonie de ce satané chien ne guérit pas, alors qu'il vient de prendre, (ou qu'il est supposé avoir pris !), un mois d'un antibiotique adapté à la bactérie que l'on a trouvée dans ses poumons.

 

Certains chiens sont gloutons, d'autres sont dociles, et/ou ont été habitués très jeunes à la prise de comprimés, ("on le lui met au fond de la gorge, comme ça, on est sûrs qu'il l'a avalé !"). Dans ce cas tout va bien, et aucune astuce n'est nécessaire. C'est pour les autres que la question se pose. Quelques éléments de réponse :

 

 

1 - Les formulations appétentes :

 

Par empathie pour les maîtres qui se font mordre ou qui doivent courir après leur chien tous les matins à l'heure de partir travailler, par intérêt pour la santé des chiens qui ne prennent pas correctement leur traitement, ou pour que leurs médicaments se vendent mieux que ceux de la concurrence, (ou peut-être pour les trois raisons à la fois, allez savoir), les laboratoires ont compris que des gélules qui collent au palais, ou de gros comprimés pelliculés qui n'ont goût à rien, seront beaucoup moins faciles à administrer qu'un comprimé en forme de croquette, dont on sent l'odeur (de viande ?) jusqu'à l'autre bout du couloir. Depuis quelques années, on voit donc se développer de plus en plus de formulations appétentes : on pose le comprimé devant le chien, au pire on le lui présente dans le creux de la main en insistant un peu, et il le mange. Bon nombre d'anti-parasitaires, antibiotiques et anti-inflammatoire bénéficient aujourd'hui de cette formulation adaptée. Dans le même genre, il existe aussi des médicaments sous forme liquide, au goût agréable, que l'on aspire avec une pipette graduée, et pouf ! que l'on injecte dans la bouche du chien. On peut aussi les déposer sur les aliments dans la gamelle, et comme ces liquides ont bon goût, (goût de miel, par exemple), Médor les avale avec plaisir. Attention quand même au sucre dans ces formulations : pas de problème pour un chien "normal", mais on a vu des diabétiques dont le traitement était sévèrement déséquilibré par la prise d'un médicament liquide au goût sucré.

 

Donc, le comprimé ou le liquide appétent, quand ça marche, c'est le nirvana, parce que répétons-le, avec la manière forte, et même en utilisant les recettes données ci-dessous, on  se lasse assez vite. On voit même certains chiens qui viennent attendre leur comprimé du soir alors que le traitement est terminé depuis plusieurs jours, et qui sont tout déçus de voir que rien n'arrive. Attention quand même : il y a des chiens qui ont tellement envie de leur médicament qu'ils n'attendent pas qu'on le leur donne : ils montent sur la table, et engloutissent le contenu de la boîte si celle-ci était restée ouverte. On en a même vu  qui avalaient le blister en plastique, avec ses comprimés à l'intérieurde leurs petites alvéoles. Cela peut être très très très embêtant, par exemple pour un chien sous anti-inflammatoire qui devait prendre un demi comprimé par jour, et qui en engloutit une vingtaine d'un coup ! (ça s'est vu). Avec un risque de toxicité pour l'estomac et les reins, Rex se retrouve donc sous perfusion pour plusieurs jours, à avaler des protecteurs gastriques.

 

 

 

Vermifugation du chien par un comprimé appétent, juste posé devant lui : Ran Tan Plan se méfie quand même un peu, mais le vermifuge est tellement bon qu'après l'avoir finalement avalé, il renifle partout après, pour voir s'il n'en reste pas un peu, ou si par hasard il n'y en aurait pas un autre ! mmmmmmm !

 

2 - On va acheter de la Vache qui rit !

 

Bon, alors vous avez posé votre comprimé appétent sous le nez de Chanel, ou dans sa gamelle, en le lui montrant du doigt joyeusement et en lui faisant des papouilles sur la chienne, mais ça n'a vraiment pas eu l'effet escompté : cette imbécile de chienne vous toise d'un air hautain, jette un coup d'œil à sa gamelle avec un air dégoûté, puis vous tourne le dos et s'éloigne avec dédain, vous laissant planté là, tout seul devant votre comprimé appétent. Et pourtant, on veut encore essayer de s'en tirer par la ruse, d'obtenir une prise spontanée et de ne pas avoir à se bagarrer matin et soir.

 

Il faut alors passer à la deuxième étape : camoufler le comprimé, qu'il soit appétent ou non, dans quelque chose que Chanel consent à manger. (Si elle en raffolle, c'est encore mieux).

"Oui, mais elle est maligne, elle trie et elle nous laisse le comprimé", nous répond-on souvent. "Vous ne croyez pas qu'on peut l'avoir comme ça ? Elle renifle, elle sent le comprimé, et du coup, elle ne touche pas à sa gamelle, et elle ne mange plus rien."

Ben oui, c'est compliqué. Mais avec un peu d'imagination, on a encore des chances de s'en sortir avant d'en arriver à la manière forte.

 

Donc, qu'est-ce qui marche ? beaucoup plus de choses pour un chien que pour un chat, en gros, tout ce dans quoi on peut fourrer un comprimé, (une bouchée de steak hâché, un petit bout de poulet…), le grand classique étant le morceau de fromage. ("Ah, il va falloir lui donner des comprimés ? alors on va retourner acheter de la Vache qui rit !")

Tout cela avec modération, bien entendu, attention aux calories. Enfin, il faut ce qu'il faut, et ce n'est (officiellement), que pour la durée du traitement.

 

Ne négligeons pas les aliments humides. Si Gucci mange déjà des boîtes, vous pouvez évidemment cacher le comprimé dans sa pâtée. Si vous n'avez pas d'aliment humide à la maison, vous pouvez demander à votre vétérinaire, en même temps que les médicaments prescrits, des pâtées dans lesquelles cacher les petites pilules (voir la vidéo ci-dessous). L'intérêt, c'est que ces aliments seront, en plus, adaptés à la maladie dont souffre votre chien : aliment pour insuffisant rénal, pour convalescent, etc.

 

 

 

Prise de comprimés anti-diarrhéiques, dissimulés dans un peu de pâtée : le médicament ne fait pas long feu ! évidemment, faire avaler des comprimés de cette manière est plus facile avec un jeune Berger Allemand qui engloutit tout, qu'avec une petite Gucci qui chipote. Mais bon, même avec une mini-York ou une Chi hua hua, ça a des chances de marcher.

 

Enfin, il existe des pâtes très appétissantes, ressemblant à de la pâte à modeler, et destinées à favoriser l'observance. (C'est d'ailleurs comme ça que ça s'appelle - Observence). On enfonce bien le comprimé à l'intérieur, on malaxe le tout, et on met ça sous le nez du chien. Le chien trouve que ça sent tellement bon, (son maître ou sa maîtresse un peu moins, mais il faut ce qu'il faut), que le comprimé est avalé en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire. (Photo et vidéo ci-dessous).

 

 

 

Revoilà notre BA, pour la prise des comprimés du soir, (la pâtée, c'était le matin), cette fois en utilisant l'Observence. Alors là, c'est bon ! on ramasse toutes les miettes qui tombent, et on en grimpe sur la table. Bon, d'accord, comme indiqué plus haut, ce n'est pas une mini-York, donc la démonstration est moins probante. Mais au moment où cet article a été écrit et cette vidéo réalisée, nous n'avions pas de Chanel sous la main. Par rapport au début de la vidéo, notons qu'enfouir un comprimé dans une boulette de pâte avec une seule main pendant que l'autre filme, n'est pas très facile. Quand on a ses deux mains, ça va tout seul !

 

Alors par contre, le truc à ne pas faire, c'est de dissoudre le comprimé dans de l'eau ou dans le lait. Et pourtant, c'est quelque chose que l'on entend souvent : "on va le dissoudre dans son eau !"

A moins que le chien ne lèche goulûment jusqu'à la dernière goutte, (ce qui est peu probable avec la gamelle d'eau), il y a toutes les chances pour que les débris du comprimé broyé se retrouvent à la fin au fond du bol, et que seule une toute petite partie du traitement aura été prise.

 

3 - La méthode (plus ou moins) forte :

 

Toutes les méthodes douces ont échoué. Gucci reste imperturbable devant son assiette avec ses petits mordeaux de steak, sa Vache qui rit, son reste de yaourt, sa boulette d'Observence, et elle hésite entre vous montrer les dents qui lui restent, ou courir se cacher sous le lit. Il ne reste alors plus d'autre option que de lui faire ingurgiter son traitement de force. On prend son courage à deux mains, et on y va.

 

- Le lance-pilules :

 

Il s'agit d'une sorte de tube avec un piston à l'intérieur (photo ci-dessous) : on coince le comprimé au bout du tube, et quand on pousse le piston, pouf ! ça expulse le comprimé. C'est facile, c'est pas cher, et ça peut rapporter gros. Enfin, ça évite surtout de se faire mordre les doigts pendant qu'on les enfonce bien profond dans la gorge de la mini York (ou du Pit qui commence à rouspéter !), pour faire descendre le comprimé !

 

 

Donc, on tient la tête du chien de la main gauche, (si l'on est droitier, sinon, on inverse, of course), le pouce à droite de la mâchoire, et l'index (et les autres doigts avec), à gauche, en évitant de trop serrer pour ne pas l'énerver. (Pi si il bouge trop, ben on serre un peu plus, tant pis). On met la tête un peu en arrière, du coup la bouche à tendance à s'entrouvrir toute seule. On a préalablement inséré le comprimé dans le petit embout de caoutchouc, à l'extrémité du lance-pilule. Avec la main droite, on glisse l'embout dans la bouche du chien, dirigé vers le fond, et pouf ! on pousse sur la tige, ce qui envoie la pilule dans la gorge du chien, qui n'a plus qu'à l'avaler. (On peut l'aider à avaler en le massant sous le cou, voire en utilisant une seringue préparée à l'avance pour lui envoyer un peu d'eau dans la bouche, et l'obliger ainsi à déglutir). Et après, on lui fait de grosses papouilles. S'il ne s'agit pas d'une petite Gucci, mais d'un Kaiser ou d'un Tyson, il sera un peu plus compliqué de lui amener la tête en arrière en utilisant le pouce et l'index de la main gauche ! dans ce cas, on se contente de lui glisser le lance-pilule entre les babines, on l'enfonce le plus loin possible, et on envoie ! Rassurez-vous, une vidéo arrive pour vous montrer tout ça en live, mais il faut encore que nous la tournions.

 

- Les doigts dans la bouche ! (aïe aïe aïe !) :

 

Pour ceux qui aiment prendre des risques. On se place plus ou moins en arrière du chien, et de la main gauche, (toujours si l'on est droitier), on saisit la tête de l'animal comme indiqué ci-dessus, basculée en arrière, ce qui conduit la bouche du toutou à s'entrouvrir légèrement. De la main droite qui tient le comprimé entre pouce et index, (j'espère que vous suivez, là aussi, une vidéo va bientôt arriver), on en profite pour finir d'ouvrir la bouche avec le majeur, et pouf ! on va déposer le comprimé le plus loin possible au fond de la gorge. Après, comme avec le lance pilules, on masse sous le cou, on fait boire à la seringue etc, tout ce qu'on veut pour inciter le chien à avaler.

 

Bon, après, c'est vous qui voyez. Un York ou un caniche, ça peut quand même vous entailler un doigt sévèrement, et si en plus il/elle a une bouche bien pourrie avec une grosse suppuration entre tartre et gencive(ce qui est fréquent chez les chiens de petit format), vous penserez très fort à votre petit trésor pendant les quelques nuits qui suivront l'événement. S'il s'agit d'un gros Rottweiler, là, il pourra juste vous arracher la main s'il referme la bouche pendant que vous avez les doigts au fond. (Bon, heureusement, ça n'arrive pas tous les jours). Procurez-vous plutôt un lance-pilule.

 

- La pince à épiler :

 

Pour ceux qui n'aiment pas trop prendre des risques. Bon, finalement, c'est à peu près la même manœuvre que ci-dessus, à part qu'au lieu d'aller mettre le comprimé au fond de la bouche avec le pouce et l'index, on le fait avec une petite pince, style pince à épiler. La seule chose, c'est qu'il faut lâcher le comprimé juste au bon moment, et vite ressortir la pince de la bouche du chien. ça peut bien marcher sur un petit chien, mais pour un Rott ou un Berger allemand, aller au fond de la bouche avec deux doigts ou avec une petite pince à épiler ne fait pas une très grosse différence.

 

 

 

Voilà voilà, avec tout ça, vous devez y arriver, je crois en vous !

Quoi qu'il en soit, vous aurez toujours plus de chances d'aller au bout du traitement de votre chien si vous trouvez un moyen de lui faire avaler ses comprimés spontanément, sans avoir à vous bagarrer. Et sinon, pensez au lance-pilules !

 

 

 

 

 

 

© Copyright texte, photos et logo : SCP Vétérinaires Beaufils, Jumelle, Jannot, Lorant. Tous droits réservés pour tout support. Reproduction interdite.