Connexion
La castration du chat, la stérilisation de la chatte



Tous droits réservés pour tout support, reproduction interdite.



Points forts :


. La castration du chat et l'ovariectomie de la chatte se pratiquent à partir de l'âge de six mois.


. La castration du chat supprime ou diminue le marquage urinaire dans la maison, les fugues, et les bagarres (donc les abcès et les risques de contamination par les virus de la leucose et de l'immunodéficience féline), chez 85-90 % des chats.


. La stérilisation de la chatte supprime les nuisances liées aux chaleurs (miaulements, arrivée de tous les matous du quartier), les grossesses non désirées, les infections de l'utérus, et si elle est pratiquée avant les premières chaleurs, les tumeurs mammaires.


. Dans tous les cas, la douleur est prise en charge par des anti-inflammatoires et des morphiniques, et les chats et chattes ne manifestent pas de signe de douleur au réveil.


. Les pilules contraceptives, sources d'infections utérines et de tumeurs mammaires (entre autres), devraient toujours être évitées.


. Certains animaux ont tendance à grossir après stérilisation. Le poids (ou l'allure générale du chat) devront être surveillés, et un aliment adapté pourra être recommandé.


. Nos tarifs pour la castration du chat et l'ovariectomie de la chatte sont consultables en cliquant ici.


Et le même article en version chien se trouve ici !




                                





LA CASTRATION DU CHAT

 

Pourquoi ?

Parce que dans la grande majorité des cas, un chat non castré développe trois comportements gênants :

- il marque son territoire en urinant un peu partout, même s'il a accès à l'extérieur, (et pas seulement s'il vit en appartement).

- il fugue, parfois pour plusieurs jours, avec les risques d'accident que cela implique (photos ci-dessous).

- et il se bagarre, ce qui augmente les risques d'abcès et d'infection par les virus FeLV et FIV (photo de droite : affreux abcès de la joue chez un chat, suite à une bagarre).

85 à 90 % des chats castrés ne présenteront plus ces comportements gênants… ou seulement s'ils ont une bonne raison de le faire ! (marquage urinaire en cas d'anxiété importante, bagarres si d'autres chats viennent envahir le territoire…)

Moins de fugues, moins de bagarres… la durée de vie des chats castrés est, en moyenne, nettement supérieure à celle des chats entiers.

 

  

Fracture des deux fémurs, pour ce jeune matou de six mois, pas encore castré, et malencontreusement entré en collision avec une voiture. Photo de droite : radio de contrôle après chirurgie.

 

À partir de quel âge ?

Classiquement, la castration se fait à partir de cinq-six mois (parfois dès deux mois, aux USA). Au delà de six mois, le chat peut être castré à tout âge, et il ne semble pas que cela modifie, dans un sens ou dans l'autre, l'efficacité de l'intervention sur les nuisances décrites plus haut.

 

Comment cela se passe-t-il ?

Votre chat doit être à jeun depuis la veille au soir (on ne lui donne plus rien à manger à partir de 19-20 heures). En revanche, il peut boire jusqu'au moment du départ. Vous nous le déposez le matin. Nous l'examinons pour voir si tout va bien (auscultation cardiaque notamment). Il reçoit ensuite des injections de morphine et de tranquillisant, puis une autre injection pour l'endormir, 1/2 heure plus tard. Une fois endormi, le chat est préparé pour la chirurgie (rasage, désinfection), et l'intervention est réalisée. Un anti-inflammatoire et un antibiotique sont injectés, et le chat retourne dans sa cage, où il se réveille doucement, sous surveillance (photo ci-dessous). Il peut retourner à sa maison le soir même.

 

Tintin et Fripouille, quelques heures après leur castration : réveil tranquille, sans signe de douleur, grâce à un protocole utilisant un alpha 2 agoniste et un anti-inflammatoire non stéroïdien. 

 

À noter que si l'on avait le projet de faire pratiquer une autre (petite) intervention demandant une anesthésie, en particulier le tatouage ou l'injection d'une puce électronique… c'est le moment d'en profiter !

 

Combien ça coûte ?

Voir ici !

 

Y a-t-il un risque ?

On peut raisonnablement répondre "non" : nous castrons plusieurs chats chaque jour, à longueur d'année, et les accidents sont rarissimes.

Après, il existe toujours, par définition, un risque anesthésique (nous-mêmes pouvons subir une intervention bénigne, et ne pas nous réveiller !)

Signalons aussi l'existence, chez le chat, de malformations cardiaques très sournoises, parfois impossibles à détecter à l'ausculation, et qui peuvent se révéler lors d'une anesthésie. Mais encore une fois, tout cela est extrèmement rare.

 

Et ensuite ?

Pas de suture, donc pas de points à retirer. Pas de médicament à donner non plus, au cours des jours suivants.

Le chat peut prendre un repas léger le soir même, s'il a faim et qu'il ne vomit pas. À partir du lendemain, on peut recommencer à le nourrir normalement.

On évitera de le laisser sortir pendant un jour ou deux, pour ne pas qu'il tombe d'un arbre ou d'un toît, la nuit suivant l'anesthésie.

Il est possible de remplacer la litière par du papier journal pendant trois ou quatre jours, afin que des graviers ne se collent pas sur la plaie de castration.

Le principal effet secondaire de la castration est la prise de poids : les chats castrés sont en effet plus sédentaires, et mangent davantage, que les chats entiers. Il est donc conseillé de peser régulièrement son chat après castration, de le faire jouer pour qu'il prenne de l'exercice (s'il ne le fait pas de lui-même), et de le nourrir avec un aliment de bonne marque, spécialement prévu pour les chats castrés.

 

 

 

LA STÉRILISATION DE LA CHATTE (OVARIECTOMIE)

 

Pourquoi ?

D'abord, pour éviter les chaleurs (la chatte vocalise jour et nuit derrière la porte,
pendant qu'une armée de matous l'attend à l'extérieur, en urinant sur tout ce qui dépasse), les gestations non désirées (six ou huit chatons à placer - ou à euthanasier) tous les six mois, et les éventuels problèmes de mise-bas.

Les saillies elles-mêmes, et les morsures qui les accompagnent, peuvent être à l'origine d'abcès, et l'occasion de contamination par les virus FeLV et FIV, notamment.

Une chatte non stérilisée peut aussi présenter les mêmes comportements gênants qu'un chat entier (marquage urinaire, fugues et bagarres), quoiqu'avec une moindre intensité, en général.


 

Infection de l'utérus chez deux chattes sous pilule. Photo de gauche : importante métrite, avec un utérus uniformément rempli de pus. Photo de droite : aspect de l'utérus chez une chatte de huit ans qui vomissait depuis quatre jours : un abcès à coque épaisse, rempli d'un pus épais, est visible à la base de l'une des cornes utérines, un kyste ovarien à l'extrémité de la deuxième corne. Les deux chattes ont bien récupéré après l'opération… mais une stérilisation simple à six mois aurait évité tous ces désagréments, et aurait été beaucoup plus économique !


Enfin et surtout, la stérilisation supprime les risques d'infection, voire de tumeur de l'utérus (photos ci-dessus), et une stérilisation précoce (avant les premières chaleurs), supprime quasiment tout risque de développer plus tard des tumeurs des mamelles, beaucoup plus souvent cancéreuses chez la chatte que chez la chienne (photo de gauche : tumeur mammaire chez une chatte sous pilule). Cet effet préventif est d'autant plus important qu'une chatte non stérilisée prend souvent la pilule pour éviter tous les désagréments énumérés plus haut, et que la prise de pilule augmente considérablement les risques de métrite, et de tumeur de l'utérus et des mamelles, chez la chatte (photos ci-dessus).

 

À quel moment ?

Comme pour le chat mâle, l'ovariectomie se pratique à partir de cinq ou six mois. Si l'on ne tient pas à ce que la chatte fasse des petits (voir ci-dessous), le mieux est d'intervenir avant les premières chaleurs, ce qui supprime le risque qu'elle fabrique des tumeurs mammaires par la suite. Une chatte stérilisée avant l'âge d'un an aura sept fois moins de risque de développer des tumeurs mammaires que la population générale.

Contrairement à une idée très répandue, il n'est absolument pas nécessaire qu'une chatte fasse des petits, avant de la stériliser : cela ne lui apporte rien en terme de santé… sinon de possibles problèmes à la mise-bas !

Si l'on s'est laissé surprendre et que la minette est déjà en chaleurs, on pourra l'opérer quand même. Si elle est gestante, l'utérus sera retiré en même temps
que les ovaires (voir chapître suivant).

 

Si la chatte n'est pas stérilisée jeune, éviter autant que possible d'utiliser des contraceptifs qui favorisent le développement d'infections de l'utérus, ainsi que l'apparition de tumeurs des mamelles (bénignes ou malignes), de l'utérus, et des ovaires (photos ci-dessus).


Comment cela se passe-t-il ?

La minette doit être à jeun depuis la veille au soir (on ne lui donne plus rien à manger à partir de 19-20 heures). En revanche, elle peut boire jusqu'au moment du départ. Vous nous la déposez le matin. Nous l'examinons pour voir si tout va
bien (auscultation cardiaque notamment). Elle reçoit ensuite des injections de morphine et de tranquillisant, puis une autre injection pour l'endormir, 1/2 heure plus tard. Une fois endormie, la chatte est préparée pour la chirurgie (rasage, désinfection), et l'intervention est réalisée (ouverture de l'abdomen, et retrait des ovaires)(photo de gauche). Si par hasard la minette est gestante, ou qu'une anomalie est présente sur l'utérus, ce dernier est retiré en plus des ovaires. Un anti-inflammatoire et un antibiotique sont injectés, et la chatte retourne dans sa cage, où elle se réveille doucement, sous surveillance. Dans la mesure où il s'agit d'une chirurgie abdominale, (et non d'une intervention sur un organe externe comme chez le mâle), le retour à la maison ne se fait que le lendemain.

 

Comme pour le mâle, si vous aviez le projet de faire tatouer votre minette, ou de lui faire implanter une puce électronique, ou autre petite intervention demandant une anesthésie… c'est le moment d'en profiter !

 

Combien ça coûte ?

Voir ici !

 

Y a-t-il un risque ?

Il est tout à fait minime : voir ci-dessus, le paragraphe sur La castration du chat.

 

Et ensuite ?

Des comprimés d'antibiotique sont à donner pendant quelques jours, après l'intervention. Les points de suture sont retirés après 12 à 15 jours.

La chatte peut manger et boire normalement, dès son retour à la maison. On attend un jour ou deux avant de la laisser retourner dehors.

Comme chez le mâle, mais plus encore chez la femelle, le principal effet secondaire de la stérilisation est la prise de poids : il est donc conseillé de peser régulièrement sa chatte après ovariectomie (photo de droite), de la faire jouer pour qu'elle continue à prendre de l'exercice (si elle ne le fait pas d'elle-même), et de la nourrir avec un aliment de bonne marque, spécialement conçu pour les chattes stérilisées.

                          

© Copyright Texte, logo et photos (mais pas les chats de Dubout et de Geluck, of course) : SCP Vétérinaires Beaufils, Jumelle, Jannot, Lorant.

Tous droits réservés pour tous supports, reproduction interdite.