Connexion
Alimentation : comment nourrir mon chien ?

Tous droits réservés pour tout support. Reproduction interdite.

 

                           

Points forts :


. Une alimentation ménagère est possible, mais difficile à équilibrer sur la durée. La distribution d'os est contestée (risques d'obstruction ou de perforation du tube digestif). Le chien domestique ayant acquis la capacité de digérer l'amidon il y a plusieurs dizaines de milliers d'années, il est inutile, voire dangereux, de vouloir le nourrir comme un loup ou comme un chien "primitif".


. Il est important de nourrir son chien avec des aliments "premium", plutôt qu'avec des aliments standard, voire bas de gamme. Leur coût journalier n'est pas beaucoup plus élevé, vu leurs meilleures qualité et digestibilité (moindre quantité à distribuer), et ils pourront éviter pas mal de soucis de santé liés à une alimentation de mauvaise qualité.


. Il existe des aliments adaptés à l'âge, au statut (stérilisé ou pas), à l'activité, et à l'état de santé… de chaque chien.


. L'alimentation intervient dans le traitement d'un certain nombre de maladies : quelques exemples en suivant ce lien.

 




QUELQUES NOTIONS DE BASE


Ration ménagère, ou aliment industriel ?

 

Il est possible, mais pas forcément conseillé, de nourrir son chien avec une ration ménagère : il faut alors éviter les restes de table, les viandes "pour chien",
et construire une ration équilibrée en protides, glucides et lipides, vitamines et sels minéraux. Ce résultat est assez difficile à obtenir quotidiennement sur le long terme, et un animal habitué au steack haché depuis son plus jeune âge ne 
sera pas très content si l'on prétend, un jour, le faire passer aux croquettes.

 

De façon très schématique, une ration ménagère se compose d'un tiers de viande (poulet, steack hâché), un tiers de riz, et un tiers de légumes (pour apporter des fibres ; éviter les légumes fermentescibles), le tout représentant, chez l'adulte, 40 grammes par kg de chien et par jour. (Le double chez le chien en croissance, avec une supplémentation en vitamines et en sels minéraux).

 

 

Os, ou pas os ?

 

Voilà un sujet polémique ! mâcher des os permet de lutter contre l'installation du tartre, et d'avoir une bouche en meilleur état. Mais tous les chiens ne
digèrent pas bien les os, et s'il y en a un qui se coince dans l'œsophage ou dans l'intestin du chien, obstruant et/ou déchirant la paroi… alors les ennuis commencent ! un très gros os, sur lequel l'animal se fera les dents pendant plusieurs jours sans pouvoir en détacher d'esquille, pourra constituer un compromis raisonnable…


Photo de gauche : un os bien coincé dans l'œsophage d'un caniche. Il a pu être extrait par endoscopie… mais le chien a eu très chaud ! Photo de droite : un très gros os que le chien ne peut pas avaler constitue un compromis raisonnable.

 

Notons au passage que contrairement au chat, de domestication récente et dont l'alimentation a été peu influencée par l'Homme, le chien domestique actuel vit au contact des humains depuis plusieurs dizaines de milliers d'années, au cours desquelles il s'est adapté à ce nouvel environnement, (spontanément ou par le biais de sélections), acquérant notamment la capacité de digérer l'amidon (Nature, 2013). Le système digestif du chien actuel n'a donc plus rien à voir avec celui du loup, et il est illusoire, voire contre-indiqué, de vouloir nourrir son berger allemand du XXIe siècle, avec un régime "naturel" à base de viande crue et d'os, comme un loup ou un hypothétique chien "originel". Autre sujet polémique !

 

 

Aliments industriels : premium, ou standard ?

 

Si vous n'avez pas le temps ni l'envie d'essayer de composer, jour après jour, un régime équilibré pour votre chien avec des ingrédients achetés au marché, il existe une vaste gamme d'aliments industriels, disponibles sous forme de croquettes, de boîtes, de sachets fraîcheur, etc. Depuis quelques années, chiens et chats ont à leur disposition des aliments "premium", en croquettes ou en boîtes. Il s'agit d'aliments haut de gamme, élaborés dans des centres de recherche par des vétérinaires diététiciens, en utilisant des matières premières de qualité et des procédés de fabrication élaborés (extrusion pour conserver les vitamines, par exemple), pour coller au plus près aux besoins alimentaires des animaux. La majorité de ces aliments se présente sous forme de croquettes (meilleure conservation une fois entamés, meilleur rapport qualité/prix,  particulièrement chez les chiens de grand format, effet favorable sur les dents)… mais les aliments humides reviennent à la mode depuis quelques mois, en particulier chez des chiens plutôt de petit format, pour le traitement d'un certain nombre de maladies (certains problèmes intestinaux…).

 

Les aliments premium sont plus chers à l'achat que des aliments plus "bas de gamme". Mais avec une meilleure digestibilité et des matières premières d'excellente qualité, les quantités à distribuer pour satisfaire les besoins d'un chien sont moindres avec un aliment premium qu'avec un aliment d'entrée ou de milieu de gamme. Le coût journalier d'un premium n'est donc pas beaucoup plus élevé que celui d'un aliment standard tandis que les effets sur la santé de votre chien, notamment la capacité à prévenir un certain nombre de maladies, sont sans comparaison.

 

 

Et justement, si le chien tombe malade ?

 

Parmi les Premium, il existe deux grandes gammes d'aliments : une gamme "physiologique", consacrée aux animaux en bonne santé en fonction de leur âge, de leur état d'embonpoint, de leur degré d'activité, etc (voir les paragraphes suivants). Et puis une gamme "prescription", ou "thérapeutique", l'aliment jouant alors un véritable rôle thérapeutique. Sa composition lui permet en effet de traiter un certain nombre de maladies, seul ou en association avec d'autres médicaments : obésité, bien sûr, mais aussi calculs urinaires, insuffisance rénale, troubles digestifs, allergies… Vous trouverez quelques exemples en suivant ce lien.

 

 

Après ces considétations générales, quelques conseils pratiques à propos de l'alimentation du chien, aux différents âges de sa vie :


LA LACTATION


Dans les condition normales d'élevage, un chiot tète le lait de sa mère jusqu'au sevrage c'est à dire jusqu'à l'âge de 2 mois, 2 mois et demiDurant les deux premiers jours la mamelle sécrète le colostrum, "premier lait" riche en gamma globulines (anticorps), qui confère au chiot une immunité au tout début de sa vie.


Un chiot tête habituellement toutes les 2 heures. Si les chiots sont orphelins, trop nombreux, ou que la mère ne s'en occupe pas ou n'a pas de lait, vous devrez recourir à un lait maternisé adapté. En effet, le lait de vache est moins riche que le lait de la chienne et est souvent mal digéré, entrainant des diarrhées pouvant être à l'origine du décès du chiot. Le rythme d'administration et les quantités à donner dépendent de l'âge du chiot. Elles sont à respecter scrupuleusement et sont indiquées sur les boîtes.

 

Pour surveiller la bonne croissance du chiot il faut surveiller son poids très réguièrement. La prise de poids dépend de la race à laquelle appartient votre chiot. Par contre, si en 48h un chiot a perdu du poids ou n'en a pas pris, ce n'est pas normal et il faut s'en inquiéter et en trouver la cause.

 

 

LE SEVRAGE ET LA CROISSANCE

 

Vers l'age de 2 mois, les chiots commencent à griffer et mordiller leur mère, qui les repousse de plus en plus ; c'est le moment du sevrage (passage de l'alimentation liquide à l'alimentation solide).

 

A partir de 1.5-2 mois, on peut commencer à aider la mère en introduisant des aliments solides pour compléter les têtées, de préférence des croquettes chiot de bonne qualité (aliments premium), et adpatées à sa race pour une croissance optimale. Si la transition est difficile, vous pouvez au départ mouiller les croquettes avec du lait maternisé. La durée totale du sevrage est de 2 à 3 semaines maximum.

 

La qualité de l'alimentation du chiot est particulièrement importante, compte tenu de la vitesse de croissance élevée de ce dernier. Cette alimentation spécifique pour chien en croissance doit être maintenue plus ou moins longtemps en fonction de la race de votre chien :

- chez les chiots de race naine ou de petite taille jusqu'à 6-8 mois

- chez les chiots de race moyenne jusqu'à 1 an

- chez les chiots de grande race jusqu'à 15 mois

- chez les chiots de race géante jusqu'à 18 mois, voire 2 ans.

 

Un déséquilibre nutritionnel chez le chiot peut conduire à des problèmes de santé, notamment ostéo-articulaires, surtout chez les chiots à très fort potentiel de croissance (grandes races et races géantes). Il est important de noter que si vous donnez un aliment de bonne qualité à votre chien en croissance (aliment premium), il est inutile, voire dangereux, d'y ajouter des compléments en vitamines ou sels minéraux. Voir à ce sujet la discussion sur les aliments premium, l'alimentation ménagère, les os et les régimes "naturels", dans le paragraphe suivant (L'aliment adulte).

 

L'aliment chiot doit être distribué à volonté (ou en quatre repas par jour) jusqu'à l'âge de deux mois, puis en trois repas par jour jusqu'à l'âge de six mois, puis en un à deux repas quotidiens. Le passage à un repas par jour n'est pas conseillé. En effet, l'ingestion rapide d'une grande quantité de nourriture peut favoriser la survenue de troubles digestifs. En particulier, chez les races de grand format à thorax profond, un seul repas pris goulument après 24 heures de jeûne augmente le risque de dilatation-torsion d'estomac.

 

Attention, tout ce qui tourne autour de l'alimentation joue un rôle important dans le comportement du chien, et notamment dans la mise en place et l'entretien de la hiérarchie - et les bonnes habitudes se prennent tôt, et se perdent vite ! Ne restez pas à côté de votre chien, à le regarder manger. Ne tolérez pas qu'il vienne vous interrombre pendant votre repas. Plus d'informations ici.

 

Remarque :  En cas de sterilisation avant les 1ères chaleurs, vers 6-8 mois, c'est à dire avant que la croissance ne soit achevée, il est recommandé de passer à un aliment  junior sterilisé, spécialement adapté, jusqu'à la fin de la croissance.

N"hésitez pas à nous demander conseil.

 


L'ALIMENT "ADULTE"


La transition vers l'alimentation adulte se fait à différents moments, en fonction de la race de votre chiot (cf paragraphe précedent). Elle doit se faire progressivement, sur une semaine, afin d'éviter les troubles digestifs. Au départ, les nouvelles croquettes sont introduites en petites quantités, puis les proportions sont  inversées lentement au cours de la semaine.

 

Les besoins (en énergie, en protéines…) n'étant pas les mêmes pour tous, différents types d'aliments sont disponibles en fonction du format ou de l'activité de l'animal : un jeune chien de grand taille, en pleine croissance et très actif, trouvera ainsi dans ses croquettes une quantité plus importante d'énergie, de protéines et de calcium, qu'un adulte stérilisé et sédentaire (Photo de gauche : le repas d'un jeune chien actif, par un jour de pluie). Les croquettes des chiens de petit format sont conçues pour abraser la surface des dents lors de la mastication, et prévenir ainsi la formation de la plaque dentaire. Les aliments pour chiens stérilisés participent à la prévention de l'obésité…

 

Les quantités à donner sont indiquées sur le sac ou sur la boîte : à considérer comme une base de départ, et à adapter ensuite en fonction de l'appétit et de l'embonpoint de l'animal. La ration quotidienne est distribuée en un, ou de préférence deux repas par jour, comme décrit dans le paragraphe précédent.

 

En cas de sterilisation, le passage à un aliment spécifique pour chiens sterilisés est fortement conseillé, afin de limiter notamment la prise de poids.

 

 

L'ALIMENT "SENIOR"


Vers l'âge de 8 ans, (un peu moins pour les grandes races, un peu plus pour les tout petits chiens), il convient de passer à un aliment adapté aux besions du chien âgé : moins riche en sel pour le coeur, avec des protéines en quantité restreinte, mais de meilleure qualité pour les reins, moins calorique (le chien devenant plus casanier), enrichi en antioxydants (pour le vieillissement cérébral) et en protecteurs du cartilage (pour les articulations).

 

En cas de maladie(s) chronique(s), plus fréquentes chez le chien âgé, (insuffisance rénale ou problèmes articulaires, par exemple), c'est un aliment d'une gamme "thérapeutique" qui sera choisi. 

 

Cette transition devra être effectuée comme indiqué dans les paragraphes précédents.

 

Et encore quelques conseils de plus :

 

- Une fois que l'on a trouvé un aliment adapté et qui convient bien à son chien, il faut éviter d'en changer trop souvent. A chaque changement, on doit effectuer, autant que possible, une transition alimentaire.

- Il est possible de donner des friandises à son chien, pour lui faire plaisir… et se faire plaisir par la même occasion, à condition de rester raisonnable… et de ne rien lui donner à table !

- Donnez à manger à votre chien plutôt après vous… ou alors longtemps avant (plus d'explications en suivant ce lien)

- N'oubliez pas de toujours veiller à ce que votre chien ait à sa disposition de l'eau fraîche et propre.


Tout le personnel de nos cliniques de Calvisson et de Villevieille est là pour vous conseiller sur l'alimentation la plus adaptée aux besoins de votre chien. N'hésitez pas à nous poser des questions.

                                    

© Copyright texte, logo et photos (hors la vidéo du début) : SCP vétérinaires Beaufils, Jumelle, Jannot, Lorant. Tous droits réservés pour tout support. Reproduction interdite.