Connexion
Le typhus du chat (panleucopénie infectieuse féline)

Tous droits réservés pout tout support. Reproduction interdite.


               

Photo : Dr C. Büchen-Osmond, Colombia University, NY, USA




Points forts :


. Le typhus du chat (ou panleucopénie infectieuse féline), est dû à un virus très contagieux, et extrêmement résistant dans le milieu extérieur.


. Le virus s'attaque particulièrement aux cellules en division de la moelle osseuse (d'où un déficit immunitaire), et de la paroi du tube digestif (d'où des diarrhées hémorragiques).


. La maladie est généralement mortelle, notamment chez les jeunes.


. Le vaccin est très efficace : c'est la meilleure (la seule ?) protection.


. Le typhus était considéré depuis longtemps comme une "maladie du passé", mais nous en avons diagnostiqué de nombreux cas depuis l'automne 2012.



Accès à un très joli court-métrage sur le sujet, en suivant ce lien : https://vimeo.com/68987469)






LE VIRUS

 

Le typhus du chat (du grec tuphos qui signifie stupeur), ou panleucopénie infectieuse féline, est dû à un parvovirus (FPV) proche de celui qui provoque de sévères gastro-entérites hémorragiques chez le chien (CPV). Si le parvovirus du chat n'est pas dangereux pour le chien, le parvovirus du chien peut au contraire provoquer chez le chat des symptômes évoquant un typhus. (Dans une étude portant sur des chats allemands et américains atteints de panleucopénie infectieuse, 10 % des malades étaient infectés par un parvovirus canin plutôt que félin).

 

Il s'agit d'un virus nu (sans enveloppe), extrêmement résistant dans le milieu extérieur, puisqu'il peut y survivre pendant plus d'un an, et être transporté sur de longues distances sur les vêtements, sous les chaussures, etc. Le parvovirus se multiplie particulièrement dans les cellules en division, qu'il détruit (moelle osseuse, par exemple).

 

 

LA TRANSMISSION

 

Pendant la  phase aigue de la maladie, le virus est présent en très grande quantité dans toutes les excrétions et sécrétions du chat malade, et cette excrétion se poursuit par les selles pendant six semaines (et parfois plusieurs mois) après guérison - pour ceux qui ont la chance de s'en sortir. Comme on l'a vu précédemment, le virus est très résistant dans le milieu extérieur, et peut être transporté, par exemple, sur un vêtement ou sous la semelle des chaussures. Les chats sains se contaminent en reniflant ou en avalant des matières contenant le virus. Ceux qui survivent à l'infection deviennent généralement résistants à la maladie. Les chatons, les chats affaiblis par une autre maladie ou par de mauvaises conditions de vie, et ceux vivant en groupes denses, sont particulièrement exposés : l'arrivée du virus du typhus dans une collectivité, notamment un refuge ou une société de protection animale, sera donc souvent catastrophique.

 

 

PATHOGÉNIE ET SYMPTÔMES

 

Le parvovirus infecte les cellules en division, et les détruit. Cela concerne particulièrement les cellules de la moelle osseuse, d'où un effondrement du nombre de globules blancs (ce qui favorise les infections secondaires), et les cellules de la paroi intestinale, ce qui explique les diarrhées hémorragiques. Chez le très jeune animal, le cerveau et la rétine sont également atteints, provoquant des signes neurologiques (tremblements, incoordination), et de la cécité. Les fœtus en développement chez une chatte infectée étant constitués de cellules en division, il en résulte des avortements, mortinatalités, et des anomalies du développement chez les chatons survivants.

 

 

Photo de gauche : frottis sanguin d'un chat atteint de typhus : globules rouges et plaquettes, mais aucun globule blanc. Photo de droite : à titre de comparaison, frottis sanguin normal, avec d'assez nombreux globules blancs (colorés en bleu).

 

 

Après une incubation de deux à sept jours, les chats atteints présentent une forte fièvre (40-41°C), de l'abattement et une baisse d'appétit. Des vomissements, de la diarrhée, une déshydratation marquée, se développent ensuite rapidement. La mort est l'issue la plus fréquente (plus de 90 % des cas chez les chatons et les jeunes adultes non vaccinés). (Photo de gauche : jeune chat atteint de typhus : prostration intense, déshydratation… le petit chat décèdera malheureusement, malgré le traitement (perfusions, anti-vomitifs, antibiotiques, patch de morphinique…)) À côté de cette évolution aiguë classique, que l'on rencontre surtout chez les chats de moins d'un an - mais parfois aussi chez des chats adultes ! - on observe aussi des formes suraiguës (mort en quelques heures, surtout chez le chaton), ou au contraire des formes sub-cliniques, débouchant sur une protection naturelle si l'animal survit.

 

 

DIAGNOSTIC 

 

On soupçonne un typhus devant un chat souvent jeune, non vacciné, présentant une fièvre, un abattement très marqué, et une diarrhée sévère. Chez un animal présentant de tels signes d'infection aiguë, on s'attendrait à trouver un taux de globules blancs très élevé sur une numération-formule sanguine (NFS), ou à observer de très nombreux globules blancs sur un frottis sanguin, or c'est généralement le contraire qui se produit : on ne voit presqu'aucun globule blanc sur le frottis sanguin, et le taux de globules blancs à la NFS est généralement inférieur à 2-3000 GB/µl.

 

Arrivé à ce stade, il existe une forte suspicion de typhus qu'il faudra confirmer… ou infirmer. Deux moyens principaux : La PCR (polymerase chain reaction), qui met en évidence et quantifie le matériel génétique du parvovirus dans un échantillon de selles. Ou des tests rapides (technique ELISA), réalisés eux aussi sur des selles, et qui ont l'avantage de donner un résultat en quelques minutes, "au chevet du patient". Ces tests ont été conçus pour le parvovirus canin, mais une étude récente a montré une concordance des résultats dans 96 % des cas, entre tests rapides et PCR. (Photo de droite : test rapide (snap) pour détecter le parvovirus canin, nettement positif chez un chat atteint de panleucopénie infectieuse).

 

 

TRAITEMENT


L'interféron oméga félin (VIRBAGEN) est indiqué pour traiter le typhus, mais tous les chats ne guérissent pas, et il s'agit d'un traitement assez onéreux - a fortiori lorsque plusieurs chats de la même maison sont atteints.

 

Un exemple de bonne réponse au traitement par l'interféron oméga félin, avec Simba : arrivé très abattu, en forte hypothermie (35,5°C), et avec des diarrhées sanguinolentes. L'état général du chat s'est nettement amélioré 24 heures après le début du traitement (VIRBAGEN et traitement de soutien : perfusions, antidiarrhéiques, etc). Sur cette photo prise trois jours après le début de l'hospitalisation, Simba est complètement guéri. Malheureusement, le traitement ne marche pas toujours aussi bien !

 

Le reste du traitement consiste à soutenir l'état général par des perfusions, et à combattre les symptômes, par exemple par des anti-vomitifs. Des antibiotiques sont utilisés pour lutter contre les surinfections…

 

 

PRÉVENTION

 

Le vaccin contre le typhus est inclus dans tous les protocoles vaccinaux du chaton. La vaccination est très efficace.

 

Comme nous l'avons vu précédemment, le virus est très résistant dans le milieu extérieur, et sa transmission sera donc essentiellement indirecte, par le sol, les gamelles, les jouets, les vêtements ou les chaussures. Si un cas de typhus est diagnostiqué dans une maison ou, encore plus dramatique, dans une collectivité de chats, la désinfection du matériel et des locaux sera essentielle pour éviter la contamination de tous les autres chats… y compris de ceux qui pourraient venir habiter la maison plus d'un an après !

 

L'eau de javel est très efficace pour l'élimination du parvovirus, à condition de l'utiliser de la façon suivante :

- Commencer par un nettoyage et un rinçage des objets et de l'environnement.

- Diluer un berlingot de 250 ml à 9,6 % de chlore actif dans un bidon de 5 à 10 litres, avec une eau froide ou tiède. À utiliser rapidement après préparation.

- Le temps de contact avant rinçage doit être d'au moins dix minutes (si possible davantage).

 

 

ASPECT LÉGISLATIF

 

le typhus est sur la liste des maladies visées par la loi du 22 juin 1989, sous le nom de leucopénie infectieuse féline, en tant que vice rédhibitoireCela signifie que si un vétérinaire constate chez un chaton récemment vendu, des signes faisant suspecter un typhus dans les cinq jours suivant la livraison du chaton (délai de suspicion), que le diagnostic est confirmé et qu'une action auprès des tribunaux d'instance est introduite dans les trente jours suivant la livraison du chaton (délai de rédhibition), la vente sera annulée.

 

 

                                        


© Copyright texte, logo et photos (sauf première de l'article) : SCP Vétérinaires Beaufils, Jumelle, Jannot, Lorant. Tous droits réservés pout tout support. Reproduction interdite.