Connexion
Le chien qui fugue

 

 

Tous droits réservés pour tout support, reproduction interdite.

 





POURQUOI MON CHIEN FUGUE-T-IL ?

 

Un chien peut fuguer pour deux types de raisons :

 

Parce que ce qui se passe à l'extérieur est beaucoup plus intéressant que ce qui se passe à la maison : c'est le cas lorsqu'il n'y a pas grand-chose à faire à la maison pour l'animal, (chien qui reste seul pendant la journée, par exemple), tandis que les environs sont riches en stimuli : chienne en chaleur, enfants qui jouent, voisins qui donnent à manger, vélos qui passent… dans ce cas, le chien a un comportement normal, même s'il est désagréable pour son propriétaire.

 

Parce qu'un trouble du comportement fait que l'animal ne supporte pas de rester seul ou enfermé : c'est le cas, par exemple, des chiens atteints d'un syndrome hypersensibilité hyperactivité (HSHA), de certains chiens anxieux, des chiens pour lesquels la hiérarchie est mal établie, etc. Dans ces cas-là, les fugues ne sont pas "normales", mais pathologiques.

 

QUE FAIRE LORSQUE MON CHIEN FUGUE ?

 

La première chose à faire est de bien clôturer le terrain et de fermer le portail : il n'y a aucune raison pour que l'idée que le chien se fait de son territoire corresponde exactement aux limites de la propriété ! si le terrain est ouvert, l'animal partira tout naturellement se promener, et il sera très difficile de lui faire comprendre qu'il a le droit d'aller jusqu'au portail, et pas de l'autre côté si celui-ci reste ouvert.

 

Certains chiens peuvent sauter très haut, notamment lorsqu'ils sentent une chienne en chaleur. La clôture devra donc être pensée en conséquence. L'utilisation de clôtures électriques ou de colliers à chocs électriques peut donner des résultats avec certains chiens, mais beaucoup développent des troubles du comportement, (agressivité, anxiété…), après utilisation de ces dispositifs. En outre, un chien peut très bien accepter le choc électrique dans l'enthousiasme de la fugue, et donc partir se promener quand même, mais être rebuté par ce même choc électrique lorsqu'il essaye de rentrer, plus tranquillement, après sa "promenade" : l'animal restera donc dehors, et l'effet obtenu sera contraire à celui recherché.

 

Pour les chiens "normaux" qui fuguent parce que le milieu extérieur est plus intéressant que ce qui se passe à la maison, le traitement consiste à rendre la maison plus intéressante, (instaurer plusieurs périodes de jeu courtes, mais bien ritualisées, au cours de la journée, ou pourquoi pas prendre un deuxième chien, à condition que celui-ci ne fugue pas aussi !), et à essayer de rendre le milieu extérieur moins attractif (si des voisins nourrissent le chien fugueur, leur demander de ne plus le faire en leur expliquant pourquoi : désagréments des fugues, risques d'accidents, etc). Faire régulièrement exécuter au chien quelques exercices d'obéissance de base, (assis, couché, rappel…), dans la maison et dans le jardin, peut également faire comprendre à l'animal que ce n'est pas lui qui contrôle l'espace !

 

Pour les chiens qui présentent un trouble du comportement, les fugues ne sont souvent que l'un des aspects du comportement anormal du chien : on trouve généralement, associées aux fugues, des destructions, de l'agressivité, des manifestations de peur, de la malpropreté, etc. Chez ces chiens, il n'y aura pas de recette miracle : le problème ne pourra être résolu qu'en déterminant, lors d'une consultation comportementale, le trouble du comportement en cause, afin de pouvoir le traiter.

 

ET LA CASTRATION ?

 

On parle souvent de la castration pour empêcher les chiens mâles de fuguer: la castration sera efficace à 100 % chez les chiens qui fuguent exclusivement pour aller rejoindre des chiennes en chaleurs. Elle sera parfois efficace chez les chiens du premier groupe défini plus haut, qui fuguent "pour se promener", les animaux castrés ayant souvent un comportement plus sédentaire. On ne sera plus, néanmoins, à 100 % d'efficacité, loin de là. Pour les chiens du deuxième groupe, qui fuguent à cause d'un trouble anxieux, d'un HSHA, etc, la castration ne sera, bien sûr, d'aucune utilité. La castration peut donc être une manière simple et rapide de corriger un problème de fugue, mais il faut bien être conscient qu'elle ne résout pas tous les cas de figure, et que, selon les raisons qui les poussaient à partir, certains chiens castrés continueront à fuguer.

 

Notons qu'il existe maintenant des implants de desloréline, véritable castration chimique, sans effet secondaire, et avec une durée d'action de six mois à près de deux ans, selon le poids du chien et le dosage de l'implant : ceci permet d'évaluer l'efficacité de la castration chez un chien fugueur, sans pour autant pratiquer une intervention irréversible. Attention, l'implant augmente le comportement "mâle" du chien pendant quelques semaines, avant que l'effet "castration chimique" se fasse sentir !

 

                                              

© Copyright texte, dessin et logo : SCP Vétérinaires Beaufils, Jumelle, Jannot, Lorant

 

Tous droits réservés pour tout support, reproduction interdite.